Inauguration pont – 12 juin 2018

Le mardi 12 juin 2018, à 11 h 30, suite aux travaux effectués par le Département sur le pont, ce dernier a été inauguré, en présence des conseillers départementaux du Val de Thouet, Maryline Gelée et Olivier Fouillet.
Les travaux ont consisté à enlever les huit poutres transversales et à les remplacer par une dalle en béton dans laquelle ont été scellés les trottoirs.
Montant des travaux financés par le département : 80 000 €.

Pour plus de détails, on se reportera au communiqué de presse du Département, en bas de page.

Avant l’inauguration, le maire, Pierre BIGOT, fournit quelques explications complémentaires aux conseillers départementaux et à la presse.

Coupure du ruban

Allocution des officiels

La cérémonie s’est terminée par un vin d’honneur.

Vous pouvez prendre connaissance de quelques photos complémentaires en cliquant ici.

 

Communiqué de presse du Département (Lundi 11 juin 2018)

Cure de jouvence pour le pont de Marnes grâce aux travaux réalisés par le Département des Deux-Sèvres

Le pont de Marnes enjambe à nouveau la Dive avec force et sécurité retrouvées grâce aux travaux réalisés du 14 mai au 8 juin derniers par le Département des Deux-Sèvres. L’ouvrage en maçonnerie de pierres élargi par le passé pour permettre la réalisation de deux trottoirs en encorbellement présentait des signes de faiblesse. Une usure des poutres liée aux passages de 1 500 véhicules par jour dont 200 poids lourds. Cette fragilité aurait pu engendrer un risque de basculement des trottoirs dans la Dive.

Un pont « en béton »
L’opération a consisté à ôter les 8 poutres transversales et à les remplacer par une dalle en béton dans laquelle ont été scellés les trottoirs. Les travaux ont été conduits en 3 phases :
– première phase : terrassement de la partie centrale, démolition des poutres centrales, préparation des ancrages pour reprendre les trottoirs dans la dalle, ferraillage et bétonnage de la partie centrale ;
– deuxième phase : terrassement des deux extrémités de l’ouvrage, démolition des poutres d’extrémité, préparation des ancrages pour reprendre les trottoirs dans la dalle, ferraillage et bétonnage des deux extrémités ;
– troisième phase : réalisation de l’étanchéité sur la totalité de la dalle béton, réfection de la couche de roulement en enrobés.

Durant ces travaux, des déviations permettant de garantir la fluidité de la circulation de l’axe Thouars-Poitiers et de la circulation locale ont été mises en place.

Coût de l’opération : 80 000 euros
Le coût total de ce chantier s’élève à 80 000 euros. Un budget qui s’inscrit dans une enveloppe globale de 5 millions d’euros votée par le Département des Deux-Sèvres lors de la dernière commission permanente. Grâce à cet investissement de la collectivité, 61 opérations de modernisation des ouvrages d’art, d’étanchéité, de reprofilage ou de refonte des couches de roulement seront réalisées.

L’article ci-dessous a été publié dans le quotidien régional La Nouvelle République, le mercredi 13 juin 2018

Le pont prend un coup de jeune

La rénovation du pont de Marnes devenait urgente. © Photo NR

Il était grand temps de faire quelque chose… Avec son franc-parler habituel, le maire de la commune Pierre Bigot résume d’une phrase les raisons qui ont conduit à la rénovation du pont de Marnes, inauguré hier par les élus locaux. « Le pont n’avait pas été refait depuis 1945, poursuit-il. C’est très important qu’il soit en bon état, pour nous comme pour les communes voisines. » A commencer par Moncontour, dans la Vienne, dont les quatre communes associées “ encerclent ” Marnes.
Le chantier de rénovation aura duré quatre semaines (une de moins que prévu), durant lesquelles une déviation a été mise en place. Pas moins de « 43 m3 de béton et 5,2 tonnes de ferraillage » auront été nécessaires pour rajeunir l’ouvrage, explique Christian Jean, chef de pôle d’exploitation. Le Département a consacré au total 80.000 € à ce chantier devenu indispensable puisque le pont et ses deux trottoirs présentaient des « signes de faiblesse ». Une usure compréhensible compte tenu des 1.500 véhicules, dont 200 poids lourds, qui empruntent chaque jour cet axe Thouars – Poitiers, faisant de ce pont « un véritable trait d’union entre la Vienne et les Deux-Sèvres », selon Olivier Fouillet, vice-président du conseil départemental.

 

L’article ci-dessous est paru dans le quotidien régional Le Courrier de l’Ouest, le mercredi 13 juin 2018

La jouvence sur le pont
Le Conseil départemental vient de finaliser le chantier de consolidation.

Les travaux ont été conduits en quelques semaines à peine, le temps d’une déviation. Le pont sur la Dive (Nord) a été inauguré officiellement hier, en présence des conseillers départementaux Maryline Gelée et Olivier Fouillet.

Ce pont devait être consolidé
Il voit passer 1 500 véhicules/jour et 200 camions. Le maire de Marnes rappelle combien ce pont, le seul , est vital pour la commune. Il rappelle aussi que ce pont, refait à la fin des années 40, devait être consolidé dès lors que le choix naturel des poids lourds se porte sur cet axe (RD37) aux confins de la Vienne et des Deux-Sèvres, pour rallier Poitiers à Thouars. « C’est plus court que par Pas-de-Jeu et Loudun » souligne Pierre Bigot. De fait, il a fallu intervenir pour sécuriser ce pont fort emprunté et pour lequel la facture s’élève à 80 000 € sur un budget d’opérations départementales de 5 millions, correspondant cette année à une soixantaine d’interventions sur les routes et les ouvrages d’art.
Le pont enjambe à nouveau la Dive avec sécurité grâce au chantier réalisé du 14 mai au 2 juin dernier, plus vite que dans le calendrier prévu. L’ouvrage en maçonnerie de pierres a été élargi dans le passé afin de réaliser deux trottoirs en encorbellement. Aujourd’hui, ce pont vital pour Marnes et pour Moncontour, sa voisine, ne donne plus aucun signe de faiblesse avec son tablier en béton et ferrailles. Le risque avant, était de voir basculer l’encorbellement. Force est de reconnaître que ces trottoirs maintenus sont régulièrement mordus par les pneus des véhicules qui passent rarement à deux sur cette largeur rognée : il y a des années, on élargissait les voies, maintenant, surtout en traversée de commune, pour ralentir le trafic, on a plutôt tendance à les rétrécir.
L’opération de consolidation a consisté à ôter les huit poutres transversales et à les remplacer par une dalle bétonnée dans laquelle ont été scellés les trottoirs.
Ces travaux ont été conduits en trois phases : terrassement de la partie centrale, puis des deux extrémités et, enfin, réalisation de l’étanchéité sur la totalité de la nouvelle dalle, avec réfection finale de la couche d’enrobés bitumeux. Du bel ouvrage !

Laurent ZARINI
redac.thouars@courrier-ouest.com